Allers-retours (à la case départ)

 

Emplacement boîtes

 

 

 

 

 

  1. La femme s’inscrit ici dans un espace domestique, elle correspond à ce que la société attend d’elle.
  2. Elle porte ce qui lui est suggéré par la mode ou, et les contraintes religieuses.
  3. Les obligations administratives s’imposent à elle lorsqu’en tant qu’immigrée, elle doit faire preuve de son identité de femme et de citoyenne.
  4. L’homme définit les frontières encore réduites de l’univers féminin, les libertés mêmes y sont mesurées en fonction des rôles bien définis.
  5. L’homme et la femme se réconcilient, trouvent un terrain d’entente, une forme d’harmonie et esquissent ensemble un pas de danse.
  6. L’Interrogation, le vagabondage, l’absence de but éreintent une roue coincée dans un cycle sans fin.
  7. Ici encore, l’homme modèle la femme pour qu’elle corresponde au rôle qui lui est dévolu, des attentes qu’elle est supposée incarner.
  8. L’homme tente d’échapper à une forme de prédestination en relation avec son passé, avec ce qui le façonne dans son quotidien mais, au bout du compte, il se résout à occuper la place qui lui est attribuée; même s’il modifie en partie sa cellule, il entre à nouveau dans la case qu’il doit occuper.